LE JOCKEY :

Un sportif de haut niveau

Le jockey doit suivre une hygiène de vie ainsi qu'un entraînement physique rigoureux. Il doit constamment surveiller son poids, élément essentiel et déterminant lors de sa participation aux courses.

Le poids du jockey en course avec son matériel est réglementé : Plat, poids de 47 à 55 kg en moyenne. Pour les courses à obstacles, les normes vont concernant le poids, jusqu’à 72 kg. La taille n'est plus un élément catégorique. Jusqu'à la 69ème victoire en plat ou la 39ème victoire en obstacle, on parlera de jeune jockey (et parfois d'apprenti), celui-ci bénéficie alors d'une remise de poids lors des courses. A partir de la 70ème ou 40ème victoire, il devient jockey professionnel et ne peut plus bénéficier de remise de poids. Pour monter en qualité de jockey, dans une course au galop, il faut avoir plus de dix-huit ans. L’autorisation de monter n’est valable que pour les douze mois à venir.

L’activité principale d'un jockey consiste à monter les chevaux de propriétaires lors des courses. Ainsi, il pourra enchaîner successivement jusqu'à 6 courses dans la journée, voire davantage. Le jour de la course, il endossera les "couleurs" (toque et casaque) du propriétaire pour lequel il court. Il effectuera une première pesée avec son matériel (et éventuellement des poids supplémentaires) dans la salle des balances devant des commissaires de course. Il rejoindra ensuite l'entraîneur et le propriétaire dans le "rond de présentation" pour recevoir les dernières recommandations, "les ordres" pour la course. Il se mettra en selle, ira ensuite au départ sur la piste et pilotera le cheval pendant la course pour tenter de l'amener à la victoire.

Après la course, il doit se présenter à nouveau dans la "salle des balances" pour une nouvelle pesée,  toujours avec son matériel. Un jockey se limite rarement à monter seulement en course l'après-midi du moins au début. Il commence le plus souvent lad et s'il est chanceux et talentueux, il peut devenir jockey. Seuls les grands jockeys, au fur et à mesure de leur carrière, peuvent se dispenser des travaux d'écuries et des montes le matin.

Le jockey doit donc présenter des qualités techniques, notamment dans ses capacités à piloter le cheval avec finesse, à percevoir son rythme … (on appelle cela la qualité de "la main"). Il doit faire preuve d'une certaine finesse dans ses jugements et de capacités d'analyse pour adopter une stratégie ou une décision tactique suivant les aléas de la course. Ces qualités sont également essentielles pour restituer à l'entraîneur ses impressions relatives au comportement ou aux performances du cheval pendant la course. Enfin, compte tenu notamment des contraintes de poids importantes, il doit posséder des qualités physiques indispensables pour accompagner le cheval tout au long de la course et fournir les derniers efforts, avec lui, jusqu'à la victoire.

Le jockey vient donc concrétiser lors de la course l'effort de toute une équipe et de plusieurs mois d'entraînement. Il peut être salarié d'un entraîneur ou travailler en "free-lance" (indépendant). Dans ce dernier cas de figure, il peut choisir lui-même ses montes ou faire appel à un agent. En tant que salarié, il peut être "premier jockey" d'un entraîneur, il devra alors monter en priorité lors des courses pour lesquelles l'entraîneur, qui l'emploie, a engagé un cheval.

Sur les hippodromes comme sur les pistes, le cheval de course est un animal fougueux et extrêmement peureux qu'il faut savoir maîtriser. Une bonne forme physique est également nécessaire : s'occuper des chevaux est un vrai sport, qu'il s'agisse de les monter ou de les entretenir.

Ces emplois exigeants physiquement s'exercent dès 16 ans chez un entraîneur ou un propriétaire. Les jeunes (les filles sont de plus en plus nombreuses) s'engagent dans cette voie en rêvant de monter des champions en course et de devenir jockey. Sélectionné parmi les lads qui montrent le plus de dispositions, le jockey (course d'apprentis dès 16 ans) doit gagner des courses, confirmer ses performances et satisfaire pour s'aligner à des contraintes de poids. Le pourcentage d'élus est faible (4 à 5 % des cavaliers d'entrainement).

 

 

 

 

LE CAVALIER D'ENTRAINEMENT (LAD JOCKEY) :

UNE FONCTION CLÉ

Compagnon du cheval au quotidien, le cavalier d'entraînement représente un élément majeur et une fonction clé dans une écurie de course. Il permet à l'entraîneur d'assurer un suivi régulier et une qualité de travail et d'entraînement constants pour les chevaux de ses propriétaires.

Le lad jockey est le cavalier du matin. Même s'ils ne montent pas en course, il doit être bon cavalier, c'est-à-dire avoir une bonne main pour pouvoir entraîner les chevaux au plus juste de leur forme et de leur capacité. Il peut être amené à effectuer en équipe, à l'aide des garçons de cour, les pailles et diverses tâches liées à l'hôtellerie et participer à l'entretien des harnachements, sellerie et matériel d'écurie.Il participe aux soins quotidiens des chevaux : pansage, nourriture, soins courants… et veille à leur bien-être et à leur confort général. Il effectue le travail d'entraînement des chevaux en montant quotidiennement plusieurs lots au galop de chasse et canter.

Le rythme de travail est soutenu, il peut commencer ses journées vers 5h du matin et monter jusqu'à 5 lots par matinée, voir plus (en trot, les chevaux sont également montés ou drivés l'après-midi).

Ce travail d'entraînement et de préparation à la course constitue le cœur de son activité. Une fois les chevaux partis pour les courses l'après-midi, les lads sont libres de vaquer à leurs occupations personnelles. Certains, les "garçons de voyage", peuvent cependant se charger du transport et de la préparation des chevaux sur les hippodromes. En fin de journée, ils doivent réceptionner les chevaux de retour à l'écurie. En centre de débourrage/pré-entraînement, il peut être amené à participer aux séances de débourrage en rond de longe et de dressage en carrière avant de démarrer le travail de pré-entraînement en piste. Il rend compte de son travail et de l'évolution du comportement des chevaux à l'entraîneur. Avec l'expérience, il devra pouvoir lui restituer les atouts ou faiblesses qu'il aura pu identifier chez les différents sujets.

Le poste de cavalier d'entraînement est complet et diversifié. Eprouvant physiquement, il requiert des qualités de ténacité, d'implication, d'esprit d'équipe. Outre ses qualités d'excellent cavalier, il doit maîtriser toutes les allures, savoir piloter avec finesse et analyser de manière pertinente et objective le comportement du cheval pour restituer ses impressions à l'entraîneur. Les cavaliers d'entraînement qui présentent des qualités et aptitudes pour la course et qui répondent aux exigences physiques pourront évoluer vers le métier de jockey.